Swoon

Russell Foster: Why do we sleep?

Okay. That’s some facts. What about some myths?

Teenagers are lazy. No. Poor things. They have a biological predisposition to go to bed late and get up late, so give them a break.

We need eight hours of sleep a night. That’s an average. Some people need more. Some people need less. And what you need to do is listen to your body. Do you need that much or do you need more? Simple as that.

Old people need less sleep. Not true. The sleep demands of the aged do not go down. Essentially, sleep fragments and becomes less robust, but sleep requirements do not go down.

And the fourth myth is, early to bed, early to rise makes a man healthy, wealthy and wise. Well that’s wrong at so many different levels. (Laughter) There is no, no evidence that getting up early and going to bed early gives you more wealth at all. There’s no difference in socioeconomic status. In my experience, the only difference between morning people and evening people is that those people that get up in the morning early are just horribly smug.

Beyoncé – Partition

J’aurais dû mettre #NSFW peut-être ? Non blague à part she’s smart. She. Is. Smart. Voyant poindre les commentaires d’une certaine police du féminisme – dont les membres ont le plus souvent ont une définition figée d’un concept mouvant et polymorphe par essence – voilà qu’elle leur coupe l’herbe sous les pieds en répondant elle-même (et en français dans le texte) à cette même question qui d’ailleurs enflamme le web chaque fois qu’une Shakira, Rihanna ou une Miley Cirus a le malheur de prendre une pose délibérément sexuelle dans un clip: “#WTF ?” a.k.a. “en quoi cette pose suggestive sinon sexplicit est-elle un argument arguant à définir, promouvoir et établir les droits des femmes dans la société civile et dans la sphère privée ?”.

Cette conversation je l’ai eu dernièrement à propos du clip de Shakira et de Rihanna justement. Et ma réponse a été la suivante: elles sont libres de disposer de leur corps comme bon leur semble ! Y compris pour exciter le mâle hétéro alpha et la lesbienne lambda et se faire plus de tunes si ça leur chante ! Elles sont libres de revendiquer leur corps et de le revendiquer sexué et oui c’est une victoire !  C’est même THE victoire. Parce qu’on veuille le reconnaître ou pas le sexe est un enjeu de pouvoir et on se cache les yeux de domination. Le jour où j’aurais l’intime conviction qu’”on” force l’une de celle que j’ai cité à faire ce qu’elle fait dans ses clips… Don’t get me wrong oui la sexualisation systématique des femmes (et c’est le mot “systématique” qui est important) est un problème mais je reste convaincue qu’une artiste comme Beyoncé fait plus partie de la solution que du problème. Arrêtons d’être manichéen deux minutes. Qu’elle se dise féministe est un énorme coup de projecteur pour un mouvement s’est laissé catalogué et enfermé dans des stéréotypes (oubliant par la-même son cerveau reptilien) et qui a eu trop longtemps trop mauvaise presse pour se permettre de dédaigner des soutiens comme celui là. Je veux bien entendre “le féminisme ce n’est pas QUE ça” mais pas “ce n’est PAS ça”.

Pour résumer ? If you’re comfortable enough with your body to show it the way you want to and because you want to (and not because somebody else told you to)… fine with me !

Est-ce que tu aimes le sexe ?
Le sexe, je veux dire l’activité physique, le coït, tu aimes ça ?
Tu ne t’intéresses pas au sexe ?
Les hommes pensent que les féministes détestent le sexe mais c’est une activité très stimulante et naturelle que les femmes adorent.

Point. And get over it.

Au fait à propos de son clip avec Rihanna, en plus de reprendre de volée un politicien un peu zélé sur la morale Shakira a sorti la blague suivante:

Since [Piqué] doesn’t let me do videos with men anymore, I have to make them with women.

Gérard, you fool…

Du zouk bass

Almost one year ago to the date, Buraka Som Sistema were called to perform on the first Boiler Room in their hometown of Lisbon. On the first 15 minutes of this now-legendary set (which you can still watch on Youtube) a new sound was introduced to the world. An intense, hypnotic and tropical-flavored 90 BPM beat got the crowd moving and Buraka’s sharply-dressed master of ceremonies Kalaf picked up the microphone – “We call it Zouk Bass”, he shouted. The crowd went wild and a new genre was officially born.

Fast-forward one year into the present and Zouk Bass is now a worldwide phenomenon. From its origins as Antillean fast-paced party music – the word Zouk actually means party in the local creole – to being slowed-down and sensualized in Angola under the name Kizomba, to finally brought into the Global Club Music melting pot by Buraka Som Sistema, this sound has come a long way.

Showcasing zouk maestros from all around the world, from USA’s JSTJR to Russia’s Insane Fennel, including Portugal’s DZC Deejays, the UK’s KJs, France’s Mala Noche and Buraka Som Sistema themselves – among many others – ‘We Call It Zouk Bass Volume I’ presents a truly global scene, united under the mission of making dance floors move a bit slower and a lot sexier.

Bluffée je suis. Ceci dit, au moins ils n’ont pas la prétention d’avoir inventé quoi que se soit (suivez mon regard).

The Fugees – Ready or Not

Parce que. You’re welcome. Ah. By the way…

Du rhum

Just when I thought I had a handle on rum, I discovered rhum. Enter Martinique, elegant French island, home to cane and banana fields, a hikable volcano, black-sand beaches — and a nationalistic, revisionary rum legacy.

I was schooled during a tour of La Favorite, near the island’s capital, Fort-de-France. There are 11 distilleries on the island, seven still producing rum. La Favorite, one of two family-owned ones, exhibits a 1905 steam engine, still powering the whole shebang, in a humble factory that looks, from the visitor’s trail above, like the inside of a grand old clock. A defining feature of all Martinican distilleries stands nearby: a distillation column, cap made of copper, as per regulation. Regulation? Indeed: from the French government, which granted Martinican rum the Appellation d’Origine Contrôlée, or AOC: a designation given to fine agricultural products like cognac and cheese. This means that La Favorite is governed by exacting protocols about such things as permitted cane (only 12 varieties, to be cut and crushed on the same day) and aging process: white rum ages at least eight weeks in metal vats; dark rum, 12 to 18 months in oak barrels; rhum vieux, old rum, a minimum of three years.

I explained to my guide that I was familiar with the production process, having just come from Jamaica and Barbados. Grand faux pas.

“Madame,” Emmanuelle said. “They make rhum industriel in those islands. Only the French make our rum — the rhum agricole.”

(“On a Caribbean Rum Trail“, Baz Dreisinger, The New-York Times.com)

Bonjour Tristesse #3

Excellent. Buzz dans 3, 2, 1…

via @embruns

Esther Perel : Le secret du désir dans une relation durable

via @lauramina

Ellen Page

Comment ça vous l’avez déjà vu, lu 50 000 fois depuis hier ??!

Non mais un discours comme celui là s’écoute plusieurs fois que diable !

I am tired of hiding and I am tired of lying by omission. (…) I suffered for years because I was scared to be out. My spirit suffered, my mental health suffered and my relationships suffered. And I’m standing here today, with all of you, on the other side of all that pain.

Quelque chose me dit que certains agents à Hollywood doivent s’arracher les cheveux pour éviter que leur(s) protégé(es) ne fasse(nt) de même et que le lame de fond les emporte alors que pendant des années ils se sont évertués à leur dire que tout était pour le mieux au mépris certainement de leur bien être.

Nike Air commercial Charles Barkley

How true.

J’adorais le joueur. J’aime le commentateur et l’Homme que laisse deviner ses analyses sur le sport en général et sur son sport en particulier mais aussi sur les sujets de société. Le personnage qu’a révélé à sa reconversion après sa retraite sportive est bien plus plus en relief que celui de bad boy sur le terrain hérité de son jeu physique et de son caractère “un brin” ombrageux exploité ici par Nike.

Figurez-vous que cette pub avait valu à Charles Barkley d’être à l’origine d’une énième polémique à l’époque. C’est pourtant simple: un modèle se doit d’être exemplaire alors qu’un exemple est un possible parmi d’autres. On peut attendre des sportifs de haut niveau d’être des exemples (de réussite sociale ou sportive) mais en aucun cas des modèles (où on risque de vite déchanter) !